Rien de vraiment révolutionnaire n’émerge quand nos popotins sont constamment vissés sur une chaise, devant nos écrans d’ordis en se disant que l’histoire de machin est “inspirante”. Inspirons plutôt un grand coup et prenons nos jambes à notre cou. Partons sur un chemin qui mène à nos propres passions, celles qu’on ne nous a jamais fait découvrir dans notre système éducatif plutôt sclérosé.


Nous, c’est en se (re)mettant debout, en bon homo sapiens que nous sommes, qu’on a façonné notre parcours, notre crapahute.

 
footprints_olive.tif

Redécouvrir

… l’animal social qui est en chacun de nous. 

ANIMAL — redonner sa chance à son instinct, adopter une sobriété matérielle, redéfinir ce qu’est le confort.

 

SOCIAL — avoir confiance dans les liens complexes qui nous unissent, assimiler l’entraide comme facteur de réussite, retrouver une place symbiotique avec l’ensemble du vivant.

EXTRAIT DU LIVRE

“...nous repartons le sac lourd d’émotions et d’une vingtaine de côtes de porc, mandarines et pain. Si nous campions loin des villages, alors ces liens humains, ces émotions n’existeraient pas, cela nous conforte dans nos choix d’itinéraires. En partant de Mexico, on nous prévenait de nous méfier des hommes, et ne jurions que par un rapprochement avec la “Nature”, mais nous apprenons au fil du temps que notre nature est d’être un animal social.” 

Etape 134 – de Baños à Cocha, sur le chemin Inca au Pérou

footprints_olive.tif

EXTRAIT DU LIVRE

Nous entamons la deuxième moitié de cette extraordinaire épopée avec un lourd fardeau pour ce binôme pourtant si soudé. Je dois digérer l’échec. Néanmoins et en y réfléchissant bien ; aurais-je atteint cette montagne à pied après six mois de marche sans Elliot à mes côtés ? 

Bien sûr que non.

 

Hervé - étape 150 - quelque part sur l’altiplano bolivien

Apprendre

… à mieux se connaître, c’est devenir extra-ordinaire.

Nous, depuis nos 7 484 km à pied en Amérique Latine, on ne s’est plus arrêté de suivre cet extra : livre, film, alpinisme… On s’est rendu compte que c’est en confrontant nos limites, ouvrant à chaque fois un nouvel espace d’expression, qu’on tire une réelle joie de vivre collective.

 

Nos expériences nous ont surtout appris que la réussite tient en notre capacité à partager et entreprendre ensemble. Notre zone de confort n’est plus matérielle ni individuelle, elle est relationnelle.

Se réinventer

S’entraider pour se donner le courage de se réinventer

 

Aujourd’hui, et au travers de notre marche, nous voyons que le monde s’effondre socialement et écologiquement. 

 

Alors notre volonté est d’utiliser la recette de nos expériences pour contribuer à une justice sociale et environnementale. Ce n’est pas la nature qu’il faut sauver, c’est l’homme qu’il faut réinventer. 

 

DANS CETTE RECETTE, DEUX INGREDIENTS

  • Redevenir un animal social

  • S’entraider pour se donner le courage de se réinventer

EXTRAIT DU LIVRE

“J’en ai marre de voir couler du béton partout, toutes les régions reculées que nous voyons sont grignotées, inexorablement. Ce soir, blottis au coin du feu, dans cette cuisine rudimentaire, au fond de cette vallée chilienne, nous vivons l’injustice profonde d’une situation qui nous dépasse Doit-on toujours mettre le naturel au pas d’un capitalisme débridé sans nous soucier des conséquences à long terme ? Je me fais une promesse avant de fermer les yeux, celle de combattre pour la nature en sentant que ce combat est intimement lié à celui de la protection des terres et cultures indigènes.

 

Etape 221 - quelque part dans les cordillères chiliennes

EXTRAIT DU LIVRE

“... nous rejoignons le village où Augustina, une vieille mapuche, nous accueille. Un voisin rejoint la tablée du matin avant de tuer un mouton au couteau pour rendre service à notre abuelita. Elliot se rend également utile en coupant du bois afin d’épargner à Augustina cette tâche fatigante, pour une fois au moins.”

 

Etape 232 - Andes Chiliennes, de Trapatrapa à Laguna el Barco

S'entraider

… est facteur de réussite sociale. 

 

S’entraider est notre monnaie d’échange. Nous allons financer les projets à la recette déjà bien ficelée, et d’autres qui sont bloqués dans ta tête au stade de désir, et qu’on souhaite t’aider à mener vers leur accomplissement (c’est l’esprit même d’Animo).

 

Notre premier livre et film, qui racontent notre épopée pédestre en Amérique Latine vont nous permettre de financer ces projets. 

Se forger

… un caractère c’est assumer ses choix et ses passions.

Du désir au rêve

— on gagne en crédibilité. 

 

Du rêve à la planification

— on trouve la motivation en abandonnant ses illusions. 

 

De la planification à l’exécution

— on perd souvent cette motivation mais on gagne en émotion. 

 

De l’exécution à l’accomplissement

— on touche finalement à la passion...

 

… ce mélange de réussites, d’échecs, de douleurs et d’extases qui s’entremêlent pour forger le caractère d’êtres humains qui vivent dans une joie partagée.

EXTRAIT DU LIVRE

Je suis déterminée à continuer à utiliser ma passion, ma voix et mes crayons pour contribuer à un changement positif dans notre société et sur notre planète.

 

Lisa - Jour 1013 - après des centaines d’heures de travail bénévole pour la création du livre

fin.tif